ACTUALITÉ

Le 1er octobre 2021, j’ai vécu mon dernier jour de session parlementaire. Il me reste encore 8 jours de commission d’ici la fin novembre mais cette journée marque déjà un premier pas vers ma retraite politique. Je quitte des personnes que je n’aurai jamais eu l’occasion de rencontrer sans la politique. Je quitte des collègues riches en diversité. Je quitte un monde dans lequel je nage depuis plus de 10 ans. Mais je quitte tout cela sereine. J’ai toujours travaillé au plus près de ma conscience pour défendre mes idées. Lorsque l’on est parlementaire on ne peut pas faire la révolution mais on peut faire de l’évolution. Je laisse derrière moi quelques combats dont je suis fière comme un plan d’action pour lutter contre le gaspillage alimentaire, un rapport pour accélérer les procédures pour l’installation des énergies renouvelables, la fin des dauphins dans les aquariums en Suisse, l’arrivée des insectes dans nos assiettes, l’arrêt du broyage des poussins vivants et j’en passe. Certaines luttes vont continuer car elles ne se règlent pas aussi facilement. Je pense en particulier à ma lutte contre les usines d’incinération des ordures ménagères qui ne sont ni écologiques ni économiques. J’ai réalisé d’ailleurs quelques vidéos qui expliquent pourquoi. Il y a aussi l’énergie éolienne qui me tient très à cœur. Je suis confiante que les projets vont se débloquer car ils sont faits avec sérieux et la Suisse a besoin de cette énergie pour combler une partie du manque d’électricité pendant l’hiver. Je me réjouis déjà de participer aux apéritifs d’inauguration de ces parcs. J’ai toujours été aux côtés des citoyens qui avaient des problèmes avec l’administration ou des opposants à des rénovations énergétiques ou l’installation d’énergies renouvelables. C’est aussi le rôle des élus d’apporter son soutien aux citoyens engagés. Je suis une personne passionnée et engagée et aujourd’hui, je vais mettre mon énergie pour un continent qui est dans mon cœur depuis de nombreuses années : l’Afrique. Je n’ai pas la prétention d’y faire la révolution mais j’y partagerai mon savoir avec plaisir. C’est pour cela que j’ai écrit un livre : « zéro déchet en décharge, c’est possible ! » Je souhaite être un pont entre la Suisse et l’Afrique. Un pont qui permettra de transférer notre savoir-faire dans plusieurs domaines afin de permettre des réformes nécessaires. Je pense par exemple à la gestion des déchets ou aux blockchain qui seront un outil indispensable à une meilleure efficacité de l’administration. Le domaine de l’agriculture est également très important sur ce continent. Il existe des solutions pour lutter contre les effets des changements climatiques et nous devons agir vite. En attendant la fin officielle de mon mandat le 28 novembre prochain, je m’engagerai à fond jusqu’à la fin. Nous avons des gros dossiers sur la table de nos commissions comme l’initiative pour les glaciers, l’économie circulaire ou plus de moyens pour la recherche 3R pour des alternatives à l’expérimentation animale. Ce sont les connexions entre nous les humains qui feront la différence dans le monde de demain. Je me réjouis de continuer à collaborer avec tous ceux qui sont prêts à attaquer les grands défis de notre époque.

Journal de 19h30 de la RTS du 26 février 2021

Interview

Article Le Temps du 26 février 2021

23. mars 2022 par Isabelle Chevalley
Catégories: Média - Medien | 2 commentaires

Le scandale des sacs oxodégradables

Le parlement a accepté en juin 2020 ma motion qui demande l’interdiction des sacs plastique oxodégradables. Nous attendons maintenant sa mise en oeuvre par le Conseil fédéral.

En attendant, merci d’aller signer et faire signer la pétition pour interdire les plastiques oxo au niveau mondial.

23. mars 2022 par Isabelle Chevalley
Catégories: Uncategorized | 1 commentaire

← Articles plus anciens